Par Francis Kurkdjian, parfumeur
L’éloge de la fraîcheur

Archétype de la fraîcheur, l’eau de Cologne, créée à la fin du XVIIe siècle, a également donné son nom à une famille à part entière en parfumerie. Composée majoritairement d’éléments volatils dont des agrumes, de la fleur d'oranger et des notes aromatiques (lavande, thym et romarin), sa formule très peu dosée offre un sillage frais à la tenue relative.

Formule 100% naturelle à son origine, l'eau de Cologne possédait, au-delà de son odeur, des vertus médicinales et pouvait donc être ingérée. Elle était réputée pour améliorer la digestion, soigner des problèmes d'estomac ou des soucis dentaires. Avec l’apport des notes de synthèse vers 1890, l’eau de Cologne perd son caractère thérapeutique mais poursuit son essor. Associée à l’idée de propreté car utilisée lors de la toilette, elle devient un produit familial d’hygiène, souvent bon marché. Dans les années 60, son sillage s’affirme car sa construction évolue pour donner naissance à la famille « eau fraîche » au sillage plus marqué et sophistiqué.

La fraîcheur est au parfum ce que l’eau est à la vie terrestre : essentielle

La fraîcheur est au parfum ce que l’eau est à la vie terrestre : essentielle. Mais elle est également universelle car elle séduit sur tous les continents en jouant de ses multiples facettes et expressions olfactives. J’ai donc imaginé la collection des Aqua de Maison Francis Kurkdjian avec la volonté de réinterpréter et de moderniser l’eau de Cologne tout en intensifiant bien évidemment son empreinte. La fraîcheur reste ainsi au cœur de l’histoire mais elle prend des allures multiples, puisées dans la forme esthétique de l’eau de Cologne mais aussi dans sa symbolique : un parfum qui fait du bien non seulement parce qu’il sent bon, mais aussi parce que l’on se sent bien.

Ainsi, Aqua Universalis, premier opus de cette collection, capture la sensation d’une fraîcheur cristalline et lumineuse. Aqua Vitae incarne quant à elle une fraîcheur charnelle, enveloppante et épicée. Enfin Aqua Celestia, dernière composition de cette trilogie, esquisse l’allure d’une fraîcheur radieuse, rayonnante et musquée. Ces trois eaux de toilette et leurs déclinaisons respectives en version eau de parfum que j’ai nommées “forte”, apportent une tenue et un sillage indéniables et une identité qui confère à la fraîcheur et à l’eau une aura particulière.